Takouine

A. Rappels et précisions sur WDS

Pour de nombreuses sociétés, universités ou centres de formation, la solution de déploiement ne se cantonne pas toujours à des machines sous Windows et peut conduire à des choix difficiles. Dans le cadre d’une complémentarité  avec les systèmes d’exploitation tels que Linux, que naturellement Windows Deployment Services ne prend pas en charge, je vous propose une approche alternative,  prétexte à une analyse plus approfondie des mécanismes du chargeur de démarrage WDS (“bootstrap loader”).

En premier lieu, il convient de présenter la structure des dossiers retenue par Microsoft pour son serveur WDS. La racine, dénommée “TFTP Root“, est située dans le dossier défini lors de l’installation (ie. “E:RemoteInstall” ), mais les clients ont un droit de lecture par défaut uniquement sur les sous-dossiers “boot” et “tmp”. Ces réglages sont respectivement stipulés sous la clé de registre  suivante :

HKLM:SYSTEMCurrentControlSetServicesWDSServerProvidersWDSTFTP

  • Pour l’emplacement de la racine TFTP via l’entrée [REG_SZ] “RootFolder” =  “E:RemoteInstall”
  • Pour les droits de lecture des clients PXE via l’entrée [REG_MULTI_SZ] “ReadFilter” = “boot* tmp* boot* tmp*”.

Au niveau de la racine TFTP, on distinguera 2 dossiers essentiels :

  • Boot” : Contient la structure composée principalement des fichiers liés à l’amorçage (Bootstrap Loaders) et des images .WIM de démarrage (Autrement dit, les images système WinPE).
  • Images” : Contient les images .WIM d’installation (Autrement dit, les distributions Windows préparées avec “sysprep”)

 

Dans la structure de dossier “Boot“,  il semblerait que Microsoft ait choisi d’utiliser un sous-répertoire propre à chaque plateforme (x86, x64, IA64,arm …), dans lesquels sont stockés les fichiers  d’amorçage (tels que bootmgr.exe , default.bcd, pxeboot.com, wdsnbp.com …)  et un sous-dossier “Images” dans lequel sont placés les images .WIM de WinPE ainsi qu’un fichier “.WIM.bcd” associé.

Sur le plan pratique, il apparait que les fichiers situés dans les dossiers x86 et x64 sont identiques et le répertoire  x86x64 ne contient que le fichier de configuration d’amorçage. En focalisant les actions uniquement sur le dossier x86, je n’ai pas relevé de soucis notables avec des machines x64. Réciproquement, si vous travaillez sur le dossier x64, et adaptez les réglages en conséquence, les résultats devraient être sensiblement les mêmes.

PXE01-img10-550x369

 

Le premier chargeur d’amorçage PXE, nommé “wdsnbp.com” commence par valider l’architecture processeur du client puis, initialise l’amorçage correspondant. En fonction des réglages du serveur la machine peut attendre une confirmation (cf  périphériques en attente)  ou initialiser le chargeur par défaut “pxeboot.com“(son équivalent, le fichier “pxeboot.n12” évite la confirmation du chargement via un second appui sur la touche [F12]). En fonction des images de démarrage disponibles, un éventuel menu est ensuite affiché puis le chargement du noyau WinPE est effectué.

Ce processus peut être modifié au niveau des propriétés du serveur sous l’onglet “Démarrer“.

PXE01-img11

 

En résumé, sous WDS, le principe d’amorçage standard PXE pourrait schématiquement être représenté comme suit :

PXE01-img12-550x383

 

Note : Sous WDS, les fichiers portant l’extension “.n12” sont équivalents à leurs homologues “.com”  à la différence qu’ils ne demandent pas de confirmation via l’appui de la touche [F12].

TOUT VOIR Ajouter une remarque
VOUS
Add your Comment