Takouine

Maux de l’hiver : démêlez le vrai du faux

« Je n’échappe jamais au rhume », « sur moi, aucun remède ne fonctionne à part les antibiotiques »… Chacun possède des idées reçues sur les petits maux de l’hiver et traverse bon an mal an la période des virus et des microbes. Pourtant, en adoptant les bons réflexes au quotidien, vous pourriez éviter de tomber malade pour de bon. Les explications et conseils de Céline Touati, naturopathe.

On ne peut pas vraiment se protéger des virus

Faux

En stimulant votre système immunitaire, vous diminuez vos risques de tomber malade. « Pour cela, on peut commencer par alléger son alimentation. 70 % de nos cellules immunitaires sont dans nos intestins. Si ceux-ci sont trop occupés à digérer, l’organisme n’a plus d’énergie pour combattre les agressions extérieures », explique Céline Touati, naturopathe. Elle conseille de privilégier les fruits et légumes de saison, les aliments riches en vitamine C (agrumes, kiwis, persil) et en fer (légumes verts, jaune d’œuf, céréales complètes). Et de limiter les boissons riches en tanin(vin, thé, café) qui empêchent la bonne assimilation du fer. Mais aussi de diminuer la consommation d’aliments riches en graisses et en sucres. C’est-à-dire les produits à base de lait de vache, la viande en grande quantité et les produits raffinés (type plats préparés).

L’experte recommande de faire de temps en temps une journée ou une demi-journée de diète à base de fruits et légumes et ce, dès le début de l’automne. « C’est idéal pour mettre le système digestif au repos, surtout après les repas de fête ».

Deux autres habitudes possibles à adopter en hiver pour aider les intestins à jouer leur rôle sans s’épuiser : une cure de probiotiques ou de pollen frais ou surgelé.

Elle ajoute que la qualité du sommeil (entre sept et huit heures par nuit) est un corollaire indispensable à ce bon fonctionnement.

Il faut aérer sa maison tous les jours

Vrai

« L’idée, c’est de faire du vent pour chasser les microbes qu’on ramène tous les jours dans la maison avec nos mains, nos vêtements, nos chaussures. Je conseille de le faire dix minutes tous les matins, le plus tôt possible parce que la pollution atmosphérique sera moindre », développe Céline Touati.

Mon enfant est malade, je vais forcément l’être aussi

Faux

Avant six ou sept ans, les enfants tombent souvent malades puisque leur système immunitaire n’est pas encore pleinement développé. « Les parents réagissent souvent de façon instinctive et sont certains qu’ils vont être malades aussi. Affaiblis psychologiquement et fatigués par la situation, leur crainte devient vite réalité. Sans compter qu’en voulant chouchouter leur petit malade, ils distribuent beaucoup de bisous », observe la naturopathe. Pourtant,la contagion enfant-parent n’est pas une fatalité ! En plus des règles d’hygiène (limiter les câlins, se laver les mains après avoir touché un mouchoir utilisé…), ceux qui le souhaitent peuvent suivre un petit traitement préventif. « 30 gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse (antibiotique et antiviral naturel) trois fois par jour pendant tout l’hiver. Une contre-indication : les personnes qui prennent des bétabloquants », précise la naturopathe.

Trop de chauffage augmente les risques de tomber malade

Vrai

En fait, plus les variations de température entre l’intérieur et l’extérieur sont importantes et plus l’organisme doit fournir d’efforts pour maintenir le corps à sa température habituelle (37°C). « Je conseille donc de chauffer les pièces jusqu’à 19°C la nuit et jusqu’à 20-21°C la journée. Pas plus », indique Céline Touati.

Si je fais un jogging l’hiver, je risque d’attraper froid

Faux

Moins on est sédentaire et moins on attrape de virus. L’exercice physique (course ou marche) permet en effet de maintenir le métabolisme en activité et d’éliminer les toxines. « La seule condition : bien se couvrir ! Je recommande de superposer les épaisseurs pour pouvoir se découvrir au fur et à mesure. Mais aussi de bien protéger les extrémités du corps », précise-t-elle.

Le gel hydroalcoolique suffit pour se laver les mains

Vrai et Faux

Il élimine efficacement les microbes mais la naturopathe préfère le réserver à un usage occasionnel (dans la voiture par exemple). « Ces gels contiennent des produits qui ne sont pas inoffensifs et qui fragilisent l’épiderme à long terme. Rien ne vaut un lavage minutieux avec de l’eau tiède et du savon en insistant entre les doigts et sous les ongles ». Elle ajoute que l’ont peut aussi porter des gants dans les transports et éviter subtilement les serrages de main superflus.

En cas de rhume, il faut nettoyer son nez

 Vrai

Cela doit être un geste réflexe matin et soir, même sans être enrhumé ! « Quelques gouttes de sérum physiologique permettent d’éliminer les microbes au même titre qu’un brossage de dents », rappelle la naturopathe. Et d’éviter qu’un simple rhume se transforme en mal de gorge plus embêtant. Attention, les sprays à base d’eau de mer peuvent être irritants si le nez est déjà inflammé. Les fumigations, elles, sont efficaces en cas de nez bouché: « yeux fermés, on respire quelques minutes au-dessus d’un bol d’eau chaude dans lequel on a versé trois ou quatre gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radiata ».

Il ne faut pas se forcer à travailler malade

Vrai et Faux

Pas toujours facile de savoir si l’on doit rester sous la couette ou se forcer à regagner son lieu de travail… Pour Céline Touati, tout est question de vitalité. « Si vous avez un peu d’énergie (et que votre température n’excède pas 38,5°C), mieux vaut se mettre en mouvement tranquillement. Sinon, il faut s’octroyer un vrai repos sans sortir de chez soi, sans écran, ni tabac bien sûr. Cela ne devrait pas excéder 48 heures. Si les symptômes persistent ou s’aggravent, il faut consulter un médecin ».

Les médicaments permettent de guérir plus vite

Faux

C’est au médecin de juger mais Céline Touati rappelle que les antibiotiques ne soignent pas les affections virales. Les antidouleurs (type paracétamol) ou les médicaments de confort (contre le nez qui coule ou la toux) agissent uniquement sur les symptômes mais n’accélèrent pas la guérison. En revanche, certaines plantes (sous forme de tisanes par exemple) permettent de prévenir les petits maux. Mieux vaut consulter un spécialiste pour une ordonnance efficace et sans risque.

26 janvier 2017

0 responses on "Maux de l’hiver : démêlez le vrai du faux"

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.